Version PDF

Nouveau-né

Publié le 25 oct 2021Lecture 3 min

Clone de Soins maternels kangourou, le plus tôt est le mieux

Anne-Céline RIGAUD
Soins maternels kangourou, le plus tôt est le mieux

Les « soins maternels kangourou », définis à la fois comme un contact peau à peau continu du nourrisson avec la poitrine de la mère* (ou le thorax d’un soignant lorsque cela n'est pas possible avec la mère) et l'alimentation exclusivement avec du lait maternel, sont parmi les interventions les plus efficaces pour assurer la survie des nourrissons de faible poids de naissance (< 2,0 kg). 

Les lignes directrices actuelles recommandent à cet égard des séances courtes et intermittentes de soins maternels kangourou quand l'état du nourrisson commence à se stabiliser, et continues lorsque l'état du nourrisson est stable. Dans une méta-analyse de 2016, les nourrissons de faible poids ayant reçu ce type de prise en charge après stabilisation avaient une mortalité de 40 % inférieure à ceux ayant reçu des soins conventionnels dans un incubateur ou une table radiante. Cette méta-analyse a également montré que les nourrissons du groupe « kangourou » avaient moins d'infections, des taux plus élevés d'allaitement exclusif au sein et une meilleure prise de poids que l’autre groupe. Or, la majorité des décès chez les nourrissons de faible poids surviennent généralement avant la stabilisation mais l'effet et l’innocuité de ce type de soins peu de temps après la naissance, alors que le nourrisson n’est pas encore stabilisé, restent mal précisés. Réduction de la mortalité de 25 % quand les soins kangourou sont mis en place dès la naissance Dans un grand essai randomisé, contrôlé et multicentrique (au Ghana, en Inde, au Malawi, au Nigeria et en Tanzanie), un total de 3 211 nourrissons (de poids de naissance entre 1,0 et 1,799 kg) ont été assignés au hasard soit au groupe intervention (soins maternels kangourou dès la naissance) soit au groupe témoin (soins conventionnels). La durée quotidienne médiane du contact peau à peau dans l'unité de soins intensifs était de 16,9 heures (EI 13,0 à 19,7) dans le groupe d'intervention et de 1,5 heures (EI 0,3 à 3,3) dans le groupe témoin. Le décès est survenu au cours des 28 premiers jours chez 191 nourrissons du groupe d'intervention (12,0 %) et chez 249 nourrissons du groupe témoin (15,7 %) (risque relatif RR de décès 0,75 ; intervalle de confiance [IC] à 95 %, 0,64 à 0,89 ; p = 0,001) ; la mort néonatale au cours des 72 premières heures de vie est survenue chez 74 nourrissons du groupe d'intervention (4,6 %) et chez 92 nourrissons du groupe témoin (5,8 %) (RR de décès, 0,77 ; IC à 95 %, 0,58 à 1,04 ; p = 0,09). Devant les résultats et en raison de la mortalité réduite chez les nourrissons recevant des soins immédiats maternels kangourou, l'essai a été arrêté prématurément sur recommandation du comité de surveillance. Pour synthétiser, dans cette vaste étude multisites menée dans des hôpitaux à faibles ressources, les soins maternels kangourou initiés immédiatement après la naissance chez les nourrissons pesant entre 1,0 et 1,799 kg ont entraîné un risque de décès néonatal à 28 jours significativement plus faible que celui des nourrissons ayant reçu des soins conventionnels. En somme, cette prise en charge a amélioré la survie néonatale de 25 % par rapport aux soins maternels kangourou initiés après stabilisation, l'approche qui est actuellement recommandée. Il existe plusieurs mécanismes possibles expliquant les bénéfices d’un rapprochement mère-nourrisson précoce. Étant donné que la mère et le bébé sont en contact étroit dès la naissance, le bébé est plus susceptible d'être colonisé par le microbiote protecteur de la mère et de recevoir un allaitement précoce. Il y a également moins de manipulations du bébé par d'autres personnes, réduisant ainsi le risque d'infection. Enfin, la surveillance constante du nourrisson par sa mère et l’absence de stress liés à la séparation mère-enfant peuvent également contribuer à réduire la mortalité. *et/ou du deuxième conjoint

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité