Version PDF

Infectiologie

12 juin 2020

Le placenta de la Covid-19, vasculaire plutôt qu’inflammatoire

Jean-Marc Retbi, Saint-Denis

Il ne faut pas jeter trop vite les placentas en salle d’accouchement car leur examen peut expliquer des conditions materno-fœtales et avoir des implications pratiques. L’épidémie de Covid-19 apporte une justification supplémentaire à cette antienne obstétricale. L’examen anatomo-pathologique de 16 placentas délivrés du 18/03 au 5/05/2020 par des mères infectées par le SARS-CoV-2 aux USA révèle de nombreuses anomalies.

Un placenta abimé, obtenu après l’expulsion à 16 semaines d’un fœtus mort in utero, est exclu de l’analyse. Les 15 autres placentas ont été délivrés après un accouchement à terme (14) ou prématuré (1, à 34 sem.) d’un enfant vivant. Les mères avaient contracté une infection le dernier mois de la grossesse, asymptomatique dans 5 cas, symptomatique et en général pas grave dans 10 cas. Les nouveau-nés ont eu des recherches de virus négatives dans le nasopharynx ou la gorge et, sauf le petit prématuré, sont sortis de la Maternité au bout de 24-48 h. Les voies d’accouchement et les poids de naissance ne sont pas précisés. Les placentas n’ont pas fait l’objet de recherches de virus (elles ont été infructueuses dans d’autres études, ce qui rend peu probable un passage transplacentaire du SARS-CoV-2). L’un d’eux est franchement hypotrophe (poids : 300 g). Tous montrent des anomalies histologiques sur des coupes colorées avec de l’hématoxyline-éosine. Artériopathie déciduale, chorangiose et thrombi intervilleux sont significativement plus fréquents Au moins un stigmate de « malperfusion » vasculaire d’origine maternelle [MVM] a été trouvé dans 12 placentas. L’artériopathie déciduale est la plus fréquente des lésions identifiées (7/12). Toutefois, seuls 2 des placentas réunissent plus de trois stigmates de MVM : celui de l’unique hypertension gravidique — le principal facteur de risque de la MVM — et celui de l’accouchement prématuré. Au moins un stigmate de malperfusion d’origine vasculaire fœtale [MVF] a été trouvé dans 12 des placentas. Une chorangiose — une prolifération des capillaires villositaires — a été identifiée dans les villosités de 4 placentas. Un seul placenta présente une MVF de haut grade, celui de l’hypertension gravidique. Les lésions inflammatoires sont rares pour une infection virale, avec la réserve qu’il n’y a pas eu de cas grave de Covid-19, avec « orage cytokinique ». Un placenta présente une inflammation aiguë (chorioamniotite histologique + artérite ombilicale) et 2, dont celui de l’accouchement prématuré, une inflammation chronique (villite + déciduite). Il n’a pas été vu d’intervillite histiocytaire. Des dépôts de fibrine périvilleux massifs, un œdème villeux et des thrombi intervilleux ont aussi été trouvés dans 3, 5 et 6 placentas, respectivement. Les thrombi intervilleux sont à rapprocher de l’état d’hypercoagulabilité constaté au cours de la Covid-19. Une surveillance prolongée pour les enfants Globalement, l’examen des placentas a révélé des lésions vasculaires plutôt qu’inflammatoires, qui ne sont ni spécifiques ni monomorphes. Trois lésions sont significativement plus fréquentes que dans les placentas des femmes ayant un antécédent de mélanome (population contrôle) et l’ensemble des placentas examinés au même laboratoire : l‘artériopathie déciduale — stigmate de MVM —, la chorangiose, et les thrombi intervilleux. Si les lésions placentaires ne paraissent pas avoir eu d’impact sur les fœtus et leur état à la naissance, elles impliquent une surveillance prolongée des enfants. Les résultats de cette série d’examens du placenta de mères infectées par le SARS-CoV-2 pendant la grossesse doivent être confirmés à plus grande échelle.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité