Version PDF

Infectiologie

18 juin 2021

Comment vont les nouveau-nés de mères infectées par le SARS-COV-2 ?

Pierre MARGENT

Plusieurs études et revues systématiques ont examiné le devenir maternel et obstétrical en cas de Covid-19 survenue pendant la grossesse.

Plusieurs études et revues systématiques ont examiné le devenir maternel et obstétrical en cas de Covid-19 survenue pendant la grossesse. Mais elles se sont basées en général sur des séries d’observations et de données issues de centres médicaux, de sorte que le devenir des nouveau-nés et des femmes enceintes testées positives pour la Covid-19 au cours de leur gestation demeure mal précisé. Presque tous les enfants nés en Suède entre le 11 mars 2020 et le 31 janvier 2021 Pour cette raison, une étude prospective de cohorte, d’envergure nationale, a été conduite en Suède. Le recueil des données provient de divers registres : le Swedish Pregnancy Register, le NeoNatal Quality Register et le Register for Communicable Diseases. Ceux-ci ont couvert 92 % des naissances vivantes observées en Suède, entre le 11 Mars 2020 et le 31 Janvier 2021 ; le suivi des nouveau-nés allant jusqu’au 8 Mars 2021. Chaque enfant né de mère positive au SARS-CoV-2 a été apparié, directement ou à l’aide d’un score de propension, à 4 nouveau-nés témoins, de mères non infectées. Ceux présentant des malformations congénitales étaient exclus de l’enquête, en dehors de cas de persistance du canal artériel. En Suède, la première femme enceinte testée positive avait accouché le 11 Mars 2020. Peu de temps après, une recommandation nationale sur la prise en charge néo-natale des infections à SARS-CoV-2 était publiée le 17 Mars, avec mise à jour le 5 Avril 2020. Elle a porté sur :    - le mode de délivrance, eu égard aux pratiques obstétricales habituelles dans ce pays ;    - le principe de non séparation des mères et des nouveau-nés à la naissance, sauf pathologie grave diagnostiquée chez l’un des deux ;    - sur la pratique d’un test PCR chez tous les enfants, dans les 12 à 24 heures suivant leur naissance, par prélèvement nasopharyngé, avec nouveau test entre la 48e et 96e heure en cas d’hospitalisation en unité néo-natale ;    - sur le maintien de l’allaitement par la mère ;    - sans nécessité de traitement de principe chez le nourrisson ;    - en cas d’hospitalisation en service de soins néonatals, les mères n’étaient pas autorisées à y pénétrer ;       - enfin, les critères de retour à domicile n’étaient pas modifiés. L’infection maternelle a été retenue lorsqu’elle est survenue dès une semaine après la conception. Ont été initialement ciblées les seules femmes hospitalisées pour Covid-19, puis toutes les femmes enceintes et lors de l’accouchement, dans la grande majorité des hôpitaux suédois. Les principaux paramètres analysés étaient la mortalité hospitalière, le taux de réanimation néo natale, les admissions en secteur de soins intensifs néo natals, les troubles respiratoires, circulatoires, neurologiques, infectieux et autres du nouveau-né, leurs traitements, la durée d’hospitalisation, la possibilité du maintien de l’allaitement au sein. Un paramètre composite inclut syndrome de détresse respiratoire, tachypnée transitoire, aspiration de méconium et pneumonie néo natale. Il a été procédé à un appariement en fonction de caractéristiques maternelles et obstétricales variées, dont une naissance avant terme, le mode de délivrance par césarienne ou le maintien d’un score d’Apgar bas à la 5e minute. Des mères infectées par le SARS-CoV-2 pour 1,8 % des nouveau-nés La cohorte d’étude comprend 88 159 nouveau-nés, dont 49 % de filles ; 2 323 d’entre eux (1,8 %) sont nés d’une mère testée positive au SARS-CoV-2. Le temps moyen entre positivité maternelle et délivrance est estimé à 36 (5-85) jours. Parmi ces 2 323 enfants, 642 (28 %) avaient des mères testées positives à la naissance (dans les 2 semaines précédant et les 2 jours suivant la délivrance). Soixante-huit (2,9 %) sont nés de mères testées positives dans la semaine suivant l’accouchement. Il n’a été retrouvé aucune différence entre mères infectées ou non, pour l’âge maternel, la parité, les comorbidités de base, le niveau d’éducation, le mode de vie, le tabagisme maternel ou encore le type d’accouchement. Par contre, une origine non scandinave, un indice de masse corporelle élevé, une corticothérapie antérieure, un accouchement dans un centre hospitalier pourvu de soins intensifs néo-natals ont été significativement associés à une positivité de la mère au SARS-CoV-2. Chez les nouveau-nés, il n’y avait pas de différence quant aux scores d’Apgar inférieurs à 7 à la 4e et 5e minutes mais l’âge gestationnel et le poids de naissance étaient, statistiquement, plus bas chez les nourrissons de mères testées positives. La mortalité a été de 0,30 % (7/2 323) parmi les nouveau-nés de mères infectées vs 0,11 % (96/85 836) chez ceux de mères testées négatives. Un trouble respiratoire d’origine non infectieuse a été noté pour 2,8 % des enfants du premier groupe (65/2 323) contre 1,8 % (1 518/85 836) des enfants de mères non infectées. Une pneumonie a été diagnostiquée chez, respectivement, 0,13 % (n = 3) vs 0,10 % (n = 85) mais aucun cas de pathologie néonatale directement imputable à la Covid-19 n’est signalé. Légère augmentation de la morbidité néonatale Après appariement, il est constaté davantage de ventilations assistées au masques chez les nouveau-nés de mères positives (6,45 vs 5,1 % ; Odds ratio OR : 1,28 ; intervalle de confiance à 95 % IC : 1,05- 1,55), plus d’ intubations à la naissance (0,6 vs 0,3 % ; OR : 1,90 ; IC : 1,002- 3,59), plus d’admissions en soins intensifs néonatals (11,7 vs 8,4 % ; OR : 1,47 ; IC : 1,26- 1,70) de syndromes de détresse respiratoire aiguë (1,2 vs 0,5 % ; OR : 2,40 ; IC : 1,50- 3,84), davantage de recours à une CPAP (4,9 vs 3,8 % ; OR : 1,32 ; IC : 1,06- 1,64). On relève également plus de ventilations au masque, de détresses respiratoires, toutes étiologies confondues, de persistances d’une hypertension artérielle pulmonaire, de mises sous antibiothérapie et enfin plus d’hyperbilirubinémies persistantes. A contrario, ni la mortalité (0,30 % vs 0,12 % ; OR : 2,55 ; IC : 0,99- 6,57), ni le taux d’allaitement au sein (94,4 vs 95,1 % ; OR : 0,84 ; IC : 0,67-1,05), ni enfin la durée d’hospitalisation en soins intensifs néo natals, en moyenne de 6 jours, ne différèrent significativement. Il en est de même quant au nombre d’encéphalopathies hypoxémiques-ischémiques, de tachypnées transitoires ou d’aspiration de méconium. Vingt et un (0,50 %) des 2 323 enfants de mères positives font eux-mêmes été testés positifs en période néonatale, sans apparemment aucune pathologie directement liée à la Covid-19. De cette cohorte suédoise d’envergure nationale, il ressort qu’une positivité maternelle au SARS-CoV-2 est associée à un risque accru de morbidité chez le nouveau-né. Dans la littérature, 77 publications, émanant principalement de Chine, des USA et d’Europe avaient fait état d’un taux de mortalité de 0,5 % chez les enfants nés de mère Covid +, sans toutefois de décès liés directement à cette infection mais avec un lien établi avec un nombre plus élevé d’admissions en secteur de soins intensifs néonatals. De l’étude de cette cohorte, comme de celles antérieurement publiées, il apparaît qu’une naissance avant terme est un facteur important dans l’association SARS-CoV-2 maternel et morbidité respiratoire du nouveau-né. Il faut, à l’inverse, bien noter que la grande majorité des nouveau-nés de mère Covid + sont restés négatifs en post partum, témoignant donc d’une faible contamination virale durant cette période et rendant inutiles des mesures telles que séparation mère-enfant ou non allaitement au sein. Il ressort de ce travail de grande envergure qu’une infection à SARS-CoV-2 maternelle est, de façon significative, associée à une augmentation minime de la morbidité néo natale. A ce jour, toutefois, ces données doivent être considérées uniquement comme indicatrices.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité