Version PDF

Grossesse

Publié le 17 jan 2022Lecture 3 min

Fièvre maternelle au cours de la grossesse et anomalies du développement neurologique de l’enfant

Daniel ROTTEN, Paris
Fièvre maternelle au cours de la grossesse et anomalies du développement neurologique de l’enfant

Les termes « anomalies du développement neurologique » recou-vrent un éventail hétérogène de pathologies, allant de difficultés spécifiques d’apprentissage à des troubles cognitifs sévères, en passant par les troubles du spectre autistique. Leur déterminisme précis est mal connu.

Globalement, on admet que leur apparition résulte d’une interac- tion entre susceptibilité d’origine génétique et agressions environnementales. Les différentes pathologies en cause ont en commun le fait de démarrer dès les premières années du déve- loppement cérébral des enfants. L’imagerie IRM a montré que ces agressions environnementales pouvaient avoir un impact dès la vie intra-utérine. Il est dès lors logique d’évaluer l’impact possible des infections ou de la fièvre survenant pendant la grossesse. La fièvre est un symptôme fréquemment observé pendant la grossesse. Près de 20 % des patientes rapportent avoir eu un épisode fébrile pendant leur grossesse. Occurrence banale donc, mais dont les conséquences peuvent être graves notamment sur le cerveau fœtal, en dehors même d’un effet direct du processus infectieux. Cette neurotoxicité paraît être la con séquence d’une activation immunitaire maternelle plutôt que d’une action directe de l’agent infectieux sur le cerveau fœtal. En particulier, le déséquilibre immunitaire, avec élévation du taux d’interleukine pro-inflammatoire IL-6 et baisse du taux d’IL-1, est incriminé. Progresser dans l’élucidation des mécanismes menant aux anomalies du développement neurologique nécessite dans un premier temps de mieux caractériser les épisodes fébriles à plus haut risque. C’est à cette tâche que se sont attelés Stéphanie Antoun, Pierre Ellul et leurs collègues de Robert-Debré en réalisant une métaanalyse. Les items explorés étaient l’ « existence d’une fièvre pendant la grossesse » et la « survenue d’une anomalie du développement neurologique chez l’enfant ». Les auteurs de la métaanalyse ont pu repérer une dizaine de publications pertinentes (5 études cas-contrôles et 5 études de cohortes) entre 2012 et 2019. Elles incluent au total 10 304 dossiers évaluables. Résultats Lorsque l’on considère l’ensemble des dossiers analysés, il apparaît une association significative entre fièvre et survenue d’une anomalie du développement neurologique chez l’enfant. L’odds ratio est de 1,24 (intervalle de confiance à 95 % [IC95 %] = 1,12-1,38). Une analyse de sous-groupe montre qu’en réalité l’association n’existe que pour la fièvre au premier trimestre, avec un OR de 1,13 (IC 95 % = 1,02-1,26). En revanche, on n’observe pas d’association au 2e ou au 3e trimestre (figure 1). Trois publications permettent d’analyser un éventuel effet de la durée de la fièvre. Il n’y a pas de différence d’incidence des anomalies du développement neurologique selon que l’épisode fébrile dure jusqu’à 3 jours ou 3 jours et plus. La prise d’antipyrétiques ne modifie pas la force de l’association. Du fait d’effectifs limités, seules deux anomalies du développement neurologique spécifiques ont pu être testées : les troubles du spectre autistique et les retards de développement. Dans les deux cas, il existe une association positive. En résumé Les résultats de la métaanalyse montrent qu’il existe une association significative entre fièvre pendant la grossesse, en particulier lorsqu’elle survient au 1er trimestre, et survenue des anomalies du développement neurologique chez l’enfant. L’article conclut sur deux conséquences pratiques : d’une part, en cas de survenue d’un épisode de fièvre maternelle – et en l’absence de consensus sur le sujet –, les auteurs estiment qu’il est opportun de le traiter pour prévenir la survenue de phénomènes neuro-inflammatoires. d’autre part, dans le contexte spécifique de la pandémie de SARS-CoV-2, il est nécessaire d’assurer un suivi particulier des enfants nés de mère ayant présenté de la fièvre pendant leur grossesse, en particulier au cours du 1er trimestre, surtout si elles ont fait une séroconversion. Publié dans Gynécologie Pratique

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Articles sur le même thème

  •  
  • 1 sur 9
  • >
publicité
publicité