Version PDF

Nouveau-né

Publié le 15 mai 2022Lecture 3 min

Craindre pour le développement psychomoteur en cas de prise de poids insuffisante pendant la grossesse ?

Jean-Jacques BAUDON, Paris
Craindre pour le développement psychomoteur en cas de prise de poids insuffisante pendant la grossesse ?

Selon une étude japonaise, l’effet délétère d’une prise pondérale maternelle insuffisante pendant la grossesse sur le développement psychomoteur des nourrissons est possible

Le retard de développement est défini par un retard dans les domaines du langage, du développement social, moteur et cognitif. Sa prévalence est de l’ordre de 5 %-15 %, dépendant de sa définition, des conditions socio-économiques, de l’âge. L’excès de prise de poids gestationnel expose aux complications obstétricales, diabète, HTA, éclampsie, césarienne et macrosomie. Une prise de poids insuffisante peut conduire à la prématurité et à la restriction de croissance intra-utérine. Les recommandations sur la prise de poids gestationnelle souhaitable peuvent varier selon les pays. Au Japon où la minceur est la règle et l’obésité l’exception, la prévalence de l’insuffisance pondérale définie par un IMC < 18,5 est de 18,2 % vs 5,3 % aux USA. Les recommandations de l’Académie Nationale de Médecine japonaise pour la prise pondérale gestationnelle sont basées sur l’IMC pré-gestationnelle soit 12,7-18,1 Kg en cas d’insuffisance pondérale, 11,3-15,9 KG pour les femmes de poids normal, 6,8-11,3 Kg en cas de surpoids, 5,0-9,1 Kg pour les obèses. Une étude a évalué l’impact de la prise pondérale gestationnelle (PPG) sur les anomalies du développement psychomoteur des nourrissons. Les données sont tirées de la « Japan Environment and Children’s Study », étude destinée à mesurer les effets de l’environnement sur la santé. Des questionnaires validés ont été remplis par les parents afin d’évaluer le développement à l’âge de 12 mois dans 5 domaines : communication, motricité globale, motricité fine, résolution des problèmes, interactions personnelles/sociales. Des corrélations entre PPG et retard du développement défini par des scores inférieurs à 2 déviations standard au-dessous de la moyenne ont été recherchées avec une analyse à régression multiple. Des retards dans au moins un domaine Au total, 30 694 mères de singletons et partenaires ont complété le questionnaire. La prévalence des prises pondérales gestationnelles au-dessous de celles recommandées était de 60,4 % (n = 18 527), dans les limites « acceptables » de 32,1 % (9 850), au-dessus de 7,5 % (2 317). L’analyse a montré que les scores dans chacun des 5 domaines du développement étaient inférieurs dans le groupe avec des prises pondérales gestationnelles au-dessous de celles recommandées en comparaison des groupes dans les limites acceptables et au-dessus. En tout, 10 943 nourrissons (35,7 %) avaient un retard du développement dans au moins un des 5 domaines. Après contrôle en fonction des facteurs de confusion multiples socio-économiques, consommation d’alcool et de tabac, niveaux d’éducation, antécédents familiaux, le risque de retard en cas de PPG insuffisante était plus important pour la communication (Odds Ratio OR 1,21 ; intervalle de confiance à 95 % IC 1,09-1,34), la motricité globale (OR 1,14 ; IC 1,05-1,24), la motricité fine (OR 1,13 ; IC 1,04-1,24), la résolution des problèmes (OR 1,09 ; IC 1,01-1,18), les interactions personnelles/sociales (OR 1,15, ; IC 1,07-1,24). Cette grande enquête révèle ainsi l’effet délétère possible d’une prise pondérale maternelle insuffisante pendant la grossesse sur le développement psychomoteur des nourrissons.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité