publicité
Facebook Facebook Facebook Partager

Obstétrique

Publié le 16 jan 2024Lecture 3 min

Recommandations du CNGOF sur la prise en charge de l’hyperémèse, des nausées et des vomissements gravidiques

Sophie MORET, Courbevoie
Recommandations du CNGOF sur la prise en charge de l’hyperémèse, des nausées et des vomissements gravidiques

Au cours de la grossesse, 50 à 90 % des femmes présentent des nausées et des vomissements(1). Chez environ 35 % d’entre elles, ces symptômes sont invalidants et altèrent considérablement la qualité de vie(2,3).

Les formes les plus sévè res constituent l’hyper-émèse gravidique. Elles peuvent être à l’origine de vomissements incoercibles qui représentent la première cause d’hospitalisation au 1er trimestre(4,5). Cette pathologie peut avoir des impacts sur : – le bon déroulement de la grossesse (petit poids fœtal ou à la naissance(6), surrisque de naissance prématurée, dysostose avec atteinte maxillofaciale de type syndrome de Binder(7)) ; – l’équilibre psychologique de la future mère (stress, troubles anxio-dépressifs, état de stress post-traumatique, idées suicidaires) pendant la grossesse, voire le postpartum(8) ; – l’état de santé physique (attein te cérébrale de type encéphalopathie de Gayet-Wernicke(9)). Pour répondre à la sollicitation d’associations de patientes, le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) a élaboré des recommandations dans la prise en charge des nausées et des vomissements gravidiques (NVNC) et celle de l’hyperémèse gravidique (HG), avec pour objectif d’améliorer la prise en charge des patientes et de sensibiliser les professionnels de santé à un meilleur dépistage des formes sévères(10). Vingt-deux propositions ont été élaborées. En voici les principales, présentées de façon synthétique pour une utilisation pratique. Définitions • Nausées et vomissements gravidiques non compliqués Nausées et vomissements avec : – perte de poids < 5 % ; – sans signes cliniques de déshydratation ; – score PUQE* modifié ≤ 6. • Hyperémèse gravidique Nausées et vomissements avec : – perte de poids ≥ 5 % ; – un ou plusieurs signes cliniques de déshydratation ; – score PUQE modifié ≥ 7. Bilan biologique ou d'imagerie • NVNC : pas de réalisation de bilan biologique ou d’imagerie (à l’exception d’une échographie obstétricale). • HG : réalisation d’un dosage de la kaliémie, natrémie, créatininémie, bandelette urinaire com plète. Hospitalisation • NVNC : pas d’hospitalisation, prise en charge en externe. • HG : hospitalisation quand elle est associée à au moins un des critères suivants : – perte de poids ≥ 10 % ; – un ou plusieurs signes cliniques de déshydratation ; – score PUQE ≥ 13 ; – hypokaliémie (< 3,0 mmol/L) ; – hyponatrémie (< 120 mmol/L) ; – élévation de la créatininémie (> 100 μmol/L) ; – résistance au traitement. Prise en charge non médicamenteuse des NVNC • Vitamines prénatales et supplémentation en fer Arrêt des vitamines et du fer. Privilégier la supplémentation en supplémentation en fer au 1er trimestre semble aggraver les symptômes. • Régime alimentaire et mode de vie Adaptation libre en fonction des symptômes, aucune modification du régime alimentaire ou du mode de vie n’a prouvé son efficacité dans l’amélioration des symptômes. • Gingembre, vitamine B6, acupression, acupuncture et électrostimulation S’ils doivent être utilisés, ils sont réservés aux femmes ayant un score PUQE ≤ 6 ; l’amélioration des symptômes après leur prescription n’est pas formellement démontrée. • Aromathérapie Pas d’utilisation en raison des risques associés aux huiles essentielles et à l’absence d’efficacité démontrée. Prise en charge médicamenteuse • En 1re, 2e ou 3e intention doivent toujours être choisis les médicaments ou les as sociations de médicaments ayant les effets secodaires les moins sévères et les moins fréquents ; absence de supériorité d’une classe médicamenteuse par rapport à une autre pour réduire les symptômes de nausées et les vomissements de l’HG. • Administration systématique de vitamine B1 en cas d’HG justifiant une réhydratation parentérale, en prévention de la survenue d’une encéphalopathie de Gayet-Wernicke. Un algorithme de prise en charge des nausées et des vomissements gravidiques a été réalisé, à partir des données disponibles dans la littérature, en tenant compte de la balance bénéfice/risque des traitements. Accompagnement des femmes atteintes d'HG • Proposition de soutien psychologique en raison de l’impact négatif de cette pathologie sur le bien-être psychique. • Information de l’existence d’associations pouvant apporter soutien et conseils. *PUQE : Pregnancy Unique- Quantification of Emesis and Nausea

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Version PDF

Articles sur le même thème

publicité

Vidéo sur le même thème

publicité