Version PDF

Société

09 jan 2020

La contraception gratuite et confidentielle pour les mineures de 15 ans, c’est demain !

Xavier Bertrand, Paris

Récemment, la DREES (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques) constatait que le nombre d’IVG continue de progresser en France. Par ailleurs, chaque année, près de 1 000 jeunes filles de 12 à 14 ans sont concernées par une déclaration de grossesse, suivie pour 770 d’entre elles par une IVG.

Afin de réduire le nombre de grossesses adolescentes, le gouvernement souhaite améliorer l’accès à la contraception. Si elle est gratuite et légale pour les mineures depuis 1974 dans tous les centres de planification, depuis 2013 elle l’est également pour toutes les mineures de 15 à 17 ans dans les cabinets médicaux ou les cabinets de sages-femmes (avec une préservation du secret garantie). « On n’avait pas bien compris pourquoi, mais la loi l’avait alors limité à partir de 15 ans » note Véronique Séhier du planning familial. Dans ce contexte et dans le cadre de la prochaine LFSS (Loi de Financement de la Sécurité Sociale) le gouvernement propose d’étendre le dispositif adopté en 2013 à toutes les mineures. Prochaine étape : une vraie éducation à la sexualité ? Si la disposition est déjà largement saluée, certains déplorent quelques lacunes. Ainsi, pour le Pr Nisand du CHU de Strasbourg : « il y a des jeunes femmes qui, culturellement ou socialement, ne peuvent pas avoir recours à l'IVG. Rendre la contraception accessible aux moins de 15 ans était donc une nécessité de santé publique » déclare-t-il au micro d’Europe 1. Mais Pour Véronique Séhier co-présidente du planning familial « cette mesure toute seule doit s’accompagner absolument de l’éducation à la sexualité ».

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité